Jean-Baptiste RAPAUD

Jean-Baptiste, 39 ans, pratique le Taiji Quan, style Yang, depuis une dizaine d’année.

Depuis 2 ans, il se consacre à l’étude de la forme 37 mouvements, du style Cheng Man Ching, sous la direction de Philippe Schmidt. Ce courant, dont les notions de douceur et de relâchement prédominent, se destine à un large public (personnes agées, débutant dans les arts martiaux, peu sportif…).

L’apprentissage de la forme s’accompagne de celui du Tuishou (exercice à deux) afin d’approfondir la compréhension des principes et d’en expérimenter les transformations corporelles, dans un esprit coopératif et non compétitif.

Diplomé de la Fédération d’Arts Energétiques et Martiaux Chinois, multi-médaillé en Tuishou (Europa Taichi 2018). Il a aussi pratiqué le Karaté (1er Dan), le Sanda.

A travers l’étude des mouvements de la forme et du Tuishou, Jean-Baptiste propose d’investir nouvellement son corps, de permettre aux personnes de trouver ou retrouver une mobilité confortable et aisée, d’améliorer son équilibre et sa coordination, vider son esprit, libérer ses tensions.

Cheng Man Ching, Cheng Man-ch’ing ou Zheng Manqing, (trad. 鄭曼青, simpl. 郑曼青, pinyin : Zhèng Mànqīng), né le 29 juillet 19021 à Yongjia (Chine) et mort le 26 mars 1975 à Taïwan, est un maître de Tai chi chuan (art martial interne), disciple du célèbre Yang Chengfu.
Jeune homme, il tomba gravement malade (tuberculose) et, dans l’espoir de surmonter la maladie, il apprit le Tai-chi style Yang chez le célèbre Yang Chengfu entre 1928 et 1935. Grâce à sa pratique assidue, il fut guéri.

Par la suite, il synthétisa, à partir de la forme Yang traditionnelle en 108 postures, la forme en 37 pas2.

En 1949 il dut s’expatrier et rejoindre Taïwan comme l’ont fait de nombreux autres maîtres d’arts martiaux et d’intellectuels et y fonda l’école de Tai chi chuan “Shr Zhong” , “le juste rythme”3.

Puis en 1964 il se rendit aux États-Unis, où il ouvrit une école de tai-chi à New York.

En 1974, il retourna à Taïwan pour publier son livre de commentaires sur le Tao Te Ching de Lao Tzeu. Une fois son œuvre achevée, il déclara à des proches : “Si je dois mourir, je n’aurai aucun regret”. Le 26 mars 1975, il quitta ce monde. Des funérailles nationales eurent lieu3.

Cheng Man Ching de son vivant n’a jamais prétendu avoir fondé son style. Il était respectueux de la filiation d’avec son maître, Yang ChengFu. C’est après sa mort que certains de ses élèves et disciples commencèrent à parler d’un style Cheng Man Ching4.

Son enseignement rayonne toujours à Taïwan, en Asie du Sud-est, aux États-Unis, en Europe et même en Chine Populaire où il est désormais reconnu dans l’histoire officielle du Tai chi chuan3.

Extrait de: https://fr.wikipedia.org/wiki/Cheng_Man_Ching

Pour aller plus loin : https://lishan.fr/lhabilete-martiale-du-me-cheng-man-ching/